Birmanie : les plongées

Les conditions

La topographie des sites de plongée est extrêmement variée. Sites rocheux aux énormes blocs de granites qui offrent tunnels et canyons, récifs coralliens en pente d'une densité exceptionnelle, sites calcaires aux tombants colonisés surplombés de corniches, arches impressionnantes, grottes et tunnels, pythons et plateaux calcaires posés au milieu de nulle part, ou sites formant d'immenses « forêts » rocheuses couvrant plusieurs dizaines de km².

La visibilité est variable. Sur les sites qui se trouvent près des côtes, la visibilité peut être assez moyenne, ceci est du aux alluvions charriées par les cours d'eaux et le ruissellement des eaux de pluie continentales. Plus on s'éloigne des côtes, meilleure est la visibilité, et on fait la majorité des plongées dans une eau offrant 15 à 20m de visibilité horizontale.

Les courants sont comme toujours imprévisibles, et dépendent de la topographie, de la période, des marrées, etc. L'équipage Thaï ainsi que l'équipe de moniteurs et guides de plongée ont une grande habitude de ces eaux, et une bonne lisibilité des courants depuis la surface. Quand il y a du courant, la plongée se fait en dérivante, et le bateau vient, quoi qu'il en soit, vous chercher là ou vous faites surface.

Les sites de plongée

La vie marine dans cet archipel est incroyablement riche. On y trouve tout ce que l'on peut espérer voir dans cette partie du monde, des poissons de coraux tels que le clown, trompette, balistes, chirurgiens, perroquets, etc., aux crustacés comme la crevette mante, étonnement abondante, la langouste, en passant par les mollusques tels que les poulpes et autres sèches et calamar. Rendez-vous sur notre galerie photo pour avoir un aperçu de ce que l'on peut rencontrer sous l'eau.

Les coraux sont exceptionnellement variés et en bonne santé. Nous qui avons essayé cette croisière sommes unanimes : nous n'avons que rarement, voire jamais, vu une telle densité de corail. Il arrive, pour prendre une photo, que l'on doive s'appuyer ou s'accrocher à un bout de rocher vierge pour ne pas détruire la vie qui y est accrochée. Sur certains sites de cette croisière, c'est impossible : il n'y a pas 1 cm² qui n'est pas colonisé par du corail, et on ne peut pas poser ne serait-ce qu'un doigt sur la roche ! Ceci donne des paysages subaquatiques absolument magnifiques et extrêmement colorés.

Quant aux requins, disons que la mer d'Andaman n'est plus le meilleur endroit du monde pour voir ces seigneurs des mers, les pêcheurs ayant malheureusement été très « efficaces » dans ces eaux. Mais même s'ils n'en sont pas l'attraction principale, rassurez-vous, la croisière n'en est pas dénuée pour autant, et nous avons pu voir des requins nourrice, bébés cachés dans les failles, et adultes dormant dans les grottes. Des pointes noires peuvent aussi être vus aussi dans les eaux peu profondes de « Shark Lagoon ».

Et puis il y a « Black Rock » et ses raies Manta. Nous y avons plongé 9 fois, et les 9 fois nous en avons vues. Et pas qu'une seule ! Entre deux Manta, on ne s’ennuie pas, des raies aigles passent (et ce n'est pas le seul endroit où on l'on peut voir ces magnifiques animaux), des barracudas de taille respectable se disent qu'ici, ils ne sont pas les plus gros, et des bancs de carrangues chassent tout ce qui passe.

L'archipel offre également de quoi satisfaire le plus exigeant amateur de nudibranches. De nuit ou de jour, les petites limaces sont légions, et la diversité des espèces vous laissera pantois.

Vous trouverez un aperçu des principaux sites de plongée sur cette page.

Aparté sur la pêche à la dynamite

On peut lire de ci de là qu'en Birmanie, les coraux ont été ravagés par la pêche à la dynamite. C'est faux. Certes, certains points de l'archipel ont effectivement malheureusement été dynamités. Mais ces endroits sont connus, et l'archipel et si vaste, qu'il faut vraiment le faire exprès pour aller sur un site dynamité (voir carte ci-contre). De plus Mergui archipelago est une zone contrôlée par la marine Birmane, et cette pratique de pêche à la dynamite a fortement diminué depuis que la marine contrôle la région, car elle est sévèrement punie par les militaires. L'équipage du bateau de notre partenaire connaît très bien les lieux, et sait où vous emmener plonger, et quels endroits sont à éviter. En ce qui nous concerne, lors des deux croisières plongée que vous avons effectuées dans cet archipel, nous n'avons pas vu un seul site dynamité.

La pêche au filet a elle aussi grandement ralenti, et dans l'archipel, on ne voit que peu de bateaux de pêcheurs, surtout si on compare au sud de la mer d’Andaman. Certes, l'archipel a été pêché, on le voyait récemment encore, les poissons en bancs (fusiliers, carrangues, etc.) étaient de petite taille, mais les bancs très importants. La vie reprenait alors, et les poissons ont maintenant le temps de grandir avant de se faire pêcher. Ainsi, la qualité de la vie sous-marine en Birmanie, déjà formidable, ne va aller qu'en s’améliorant.

Déroulement, sécurité.

Les règles de plongées qui s’appliquent sur ce bateau sont les règles PADI. Si vous êtes plongeur d’une autre organisation (FFESSM, ANMP, CEDIP, FSGT, tous affiliées à la CMAS, ou NAUI, SSI, BSAC, etc.), consultez les tableaux d’équivalences de niveaux pour voir quelles seront vos prérogatives.

Attention, cette croisière est ouvert aux niveau de plongée à partir du PADI Advanced Open Water ou du Niveau 2 français (plongeur CMAS 2 étoiles). Si vous êtes niveau 1 ou PADI Open Water, on vous demandera de passer l'Advanced Open Water sur le bateau pendant la croisière (coût en sus).

Toutes les plongées sont multi niveaux et sans décompression (c’est à dire dans la courbe de sécurité : les trajets/profondeurs/temps sont gérés pour ne pas avoir à faire de palier de décompression)

Le temps de plongée est limité à 55 minutes, ce temps incluant 5 minutes de palier de sécurité à 5m. La plupart des plongeurs auront atteint la réserve de leur bouteille avant ce temps, donc ne pensez pas que vous serez floués sur le temps de plongée à cause de cette limite. Il est aussi très important pour la sécurité d’avoir un intervalle de surface assez long entre les plongées pour permettre à l’azote de s’évacuer de votre corps. N’oubliez pas que vous ferez 4 plongées par jour, et une limite est instaurée uniquement pour des raisons de sécurité. L’intervalle de surface entre deux plongées doit être d’environ 3 heures.

Le Nitrox est disponible sur le bateau. Voir la page tarifs.

Chaque plongeur doit plonger avec un binôme au sein de sa palanquée.

Toutes les plongées sont guidées. Les moniteurs et guides ont l'expérience des lieux, ce qui veut dire qu’ils savent où chercher et comment trouver les choses rares et intéressantes. De plus, ils connaissent parfaitement la topographie, les conditions de mer (vagues, courants, ressac, visibilité, thermocline, etc.) et vous feront plonger dans les meilleures conditions possibles.

Tous les guides de plongée ont un ordinateur de plongée et gèrent les plongées sans décompression. Des ordinateurs de plongée sont disponibles à la location sur le bateau.

A eux tous, les moniteurs et guides parlent les principales langues européennes.

Santé, prévention, traitement

Des boissons minéralisantes sont en permanence disponibles, et vous êtes invités à en boire régulièrement durant la croisière, car elle aident à éviter la déshydratation (première cause d’accident de décompression sous les tropiques). Il est bien sur interdit de boire de l’alcool entre les plongées.

Il vous sera fait avant chaque plongée un briefing complet sur le site de plongée et ses règles de sécurité particulières.

Le caisson de recompression de plus proche se trouve à Phuket. Mieux vaut donc être prudent et toujours plonger dans le sens de la sécurité.

Tous les moniteurs et guides de plongée sont formés au secourisme et à l’oxygénothérapie. Il y a plusieurs bouteilles d’oxygène à bord, situées à différents endroits, de quoi traiter plusieurs victimes le temps nécessaire.

Le centre de plongée vous proposera une assurance complémentaire avant le départ. Vérifiez vos assurances spécifiques plongée avant votre départ de France, et ce qu’elles couvrent exactement à l’étranger.

A bord du bateau, il y une boite de premiers secours très bien fournie. Elle dispose de quoi traiter gros et petits tracas (piqûres, maux de tête,  diarrhée, mal de mer, coupures, etc.)

Rappelez-vous que respect des règles de sécurité en plongée et sur le bateau est la première condition à un séjour réussi !